h1

Le hockey pour les filles: Le syndrome Attawa ou pourquoi ça va tant mal

novembre 20, 2008

Ottawa, 2007.

Après 15 matchs, l’an dernier, j’étais prète à leur donner la Coupe Stanley sans plus de cérémonie. Ils étaient invaincus, les Sénateurs. 13 victoires en 15. La première place dans l’Est leur revenait de droit. No contest; on se battait pour la deuxième. Pendant les entraînements, dans leur chandails sobres et sombres, ils avaient l’allure d’une armée et faisaient front commun. Gerber portant le masque avec pas de peinture, symbole d’humilité, complétait le tout.

Puis, le désastre.

Ils sont allés, la pédale au fond, vers le fond du fond, 7 ièmes au classement, au mieux, au final.. S’ils avaient eu la chance d’éviter les playoffs, ils auraient au moins échappé à l’humilliante série contre Pittsburg qui leur en devait une.

Ma théorie? Ils avaient un cancer.

The Ray-j’ai-un-suit-bleu-pâle-et-des-bijoux-blingbling-Emery syndrome.

Yes Ma’ame. Un cancer qui s’est généralisé. Bagarres entre coéquipiers et autres tickets pour conduite dandeureuse, le gardien a été source de chaos toute l’année. Il a fini en Russie, dans la KHL. Passé à l’Est. Gerber n’étant pas un premier, l’équipe s’est écrasée. Une équipe ne gagne pas sans gardien.

C’est pas tant la chute qui compte, que l’atterrissage, disait-on dans la Haine.

Exactly my point.

Aujourd’hui, avec ou sans moustache, ils sont toujours l’ombre d’eux-même.

 

Montréal, 2008.

Peut-être juste qu’on volait haut, en début de saison, à Mourial, ce qui fait que le fracas est grand, quand survient la chute. Les slogans sur les autobus, les drapeaux sur les voitures, dur de tuer plus la peau de l’ours.. Comme des amoureux irrationnels en phase «infatuation», notre amour a une absence absolue de défauts. C’est une force d’avoir 3 trios avec pleins de mains. Mais son corollaire est la surabondance de leaders. Et quand il y a trop de chefs pour peu d’indiens, ça fait des malheureux.

Ou un cancer. 

Ça manque de feu. Et d’un grand Chef.

Je pense qu’il va falloir qu’Alex arrête de bouder, qu’il lâche la puck et le tricot et qu’il se lève. Un leader, ça conduit avec ou sans casque, vers le haut quand c’est content, sinon, vers le bas. Le Canadien est l’équipe de Kovy. Quand Kovy va bien, l’équipe vole et sky’s the limit. Quand Koivu va bien…bien Koivu va bien. Et on gagne pas plus. Souvenez-vous des séries, l’an passé…

Ça sent le combat de coq dans ce poulailler.

J’aimerais qu’on évite le syndrome Ray Emery parce que ça casserait le party du 100ième, de se faire sortir en 4, contre Attawa.

 

Le hockey pour les filles est une chronique pour mon amie Mimi. Mimi… Les Attawa se poussent la moustache pour contrer la léthargie…Bon bien nous, on va continuer à mettre nos souliers rouges.

Publicités

8 commentaires

  1. mais les filles, pourquoi ne pas faire pousser votre moustache aussi ? pendant ce temps, le leadership de Kovy reviendra avec ses cheveux longs…


  2. Wooof – Ça s’peut mais j’pas sûr. Pas sûr, être Carbo, que je serais capable de dire beubye à un gars comme Koivu… C’est tu même échangeable (au plan éthique)? C’est une pensez-y bien…

    CHeers!
    Mathieu
    ps. samdi prochain le 22 nov, messemble que c’est contre Boston; j’vois le logo de Phi à droite… ou c’est peut-être moi qui est dans marde…


  3. Miss Miller, toujours un plaisir de vous lire. Allons-nous avoir le bonheur de connaître vos commentaires sur l’équipe de commentateurs, mouture 2008-2009, de RDS? Quelqu’un qui regarde les matchs de façon aussi assidue doit en avoir long à dire…


  4. @ Mathieu. T’es pas melé, c’est contre Boston. Erreur étrange.
    Et on leur en doit une sincère.


  5. re @ Mathieu

    J’ai pas dit qu’il faut échanger Koivu (Mais j’avoue que je suis allée pas loin) je suis d’accord avec toi, ce n’est pas éthique. Ça se fait pas. Mais il faudrait engager des psys, je sais pas, une monitrice de camp de vacances parce que la dynamique de groupe, cette année…je ne la vois pas.


  6. Si je me souviens bien, le même discours est apparu l’année passée, quand Koivu est revenu de sa blessure au début des séries… Kovy avait son équipe et aimait être LE leader. D’après moi, il y a un coq de trop… et bien que je suis un fan de Koivu, le Canadien n’a pas gagné la Coupe depuis qu’ils l’ont repêché… ne 93…
    c’est peut-être pas éthique, mais peut-être la solution…


  7. Kovy a la sale réputation d’être un joueur dur à  »coacher ». Tout doit marcher à sa manière…et de voir que ce n’est pas lui qui porte le ‘C’, il boude. Comme un ti-cul qui n’a pas eu le bon G.I. JOE pour sa fête.


  8. Note 1 : Kovy est un artiste de la rondelle mais son style «tricoteux» est dépassé car il ne peut plus déjouer deux joueurs de suite en raison de la vitesse et du jeu de position des hockeyeurs actuels. Aussi, c’est un grand individualiste et pas un joueur d’équipe comme Koivu.



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :