h1

Le hockey pour les filles: Yes we can

novembre 8, 2008

Par Miss Miller

Post-Blue Jacket, avant les Leafs

 

Obama a été élu, cette semaine, premier président noir de l’histoire des USA. Je sais pas vous, mais ça m’a flabergasté. J’ai dansé dans la rue, je suis bonne, j’ai pris des cours récemment.

 

Quand le solennel si-la-tendance-se-maintient a été prononcé, ça été un grand fracas: cris, klaxons, textos qui faisaient sauter mon téléphone! Quel grand / dans l’Histoire!

 

Je me souviens de certains événements d’importance. La Chute du mur de Berlin, le tremblement de terre de San Fransisco. Le début de la 2ième Intifada, en 2000, alors qu’on était à 12 milles marins d’Israel. Le Sommet des Amériques qui, quelques mois plus tard a enfumé ma ville. Mes 17 ans et 6 mois ont assistés, impuissants, au référendum de 95. 

 

Bien entendu, c’est le 9-11 qui gagne la palme. Quand on est trop jeune pour raconter où on était quand Kennedy est devenu mort ou qu’un Américain a fait un grand pas pour l’humanité, on est dans le crew de ceux qui se racontent, où on était quand le Word Trade est redevenu poussière, faisant une césure dans l’Ère Moderne.

 

Mardi, 4-11, marque enfin, le premier événement historique heureux de ma vie. Et je serai contente de raconter où j’étais et avec qui, le soir ou Obama a été élu.

***

 À quelques 11h PM, je hurle donc. Marie-Claire, ma voisine française, cogne à la porte. Quand je fais du tapage comme ça, elle sait que ça veut dire but.

 «Ils ont marqué? Ils gagnent?»

Je rie.

«Nonon, il y a pas de match. Je pense qu’ils voulaient que Chris Higgins et Komisarek aillent voter… c’est juste, tu sais Obama.» On se regarde, émues et du coup, nous sommes de la même nation.

 Elle note que le prochain match est vendredi, contre Colombus, je lui indique, sur la carte électorale: Ohio.

Démocrate.

 ***

Le désormais historique YES WE CAN  d’Omaba, a dû ouvrir le discours d’avant-match d’hier. Le CH a perdu, contre le soporifique mais victorieux Blue Jacket. Tout était plate. Même le but de Sergei, qui nous a donné une seconde chance, ne m’a pas levé du sofa. Remerciement à Derrick Brassard qui a déculotté. Halak. 

Yes we can be that boring.

Pas mal sûre que dans… hum, 12 minutes, je ne me souviendrai plus où j’étais, le soir où Colombus a battu Montréal en fusillade.

 

 Le hockey pour les filles est une chronique pour mon amie Mimi. Mimi j’étais avec toi, le 4-11…

Publicités

2 commentaires

  1. YES WE CAN, gravé à tout jamais dans les mémoires collectives du plusieurs milliard de personne, soir d’élection ou pour une rare fois je ne ronflai pas sur le divan ou encore ne parlait pas trop des gars. Une des rares fois, ou je me sentais exister et ou j’aurais pu verser des larmes, (moi des larmes pour des élections!!!)
    le YES WE CAN, sur un divan avec une courbe dans le milieu, un chat sur les genoux, et une grande fille au cheveux jaune qui n’a pas a m’eSpliquer le Hackey ce soir là…
    comme césar à dit à une certaine époque ou Obélix buvait sur les ponts en criant « Farpaitement ».
    César donc: veni, vidi, vici…

    le 4 du 11, 08 j’étais devant la TIVI ouverte sur le canal LCN, avec Melle.


  2. p.s, Can’t wait pour l’édition 2010 du Larousse illustré, pour y voir le nom d’OBAMA dans la section rose, qui nous sert tellement pour nos jeux du dictionnaire.



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :