Archive for août 2008

h1

Le hockey pour les filles: Le chien de Michaël Phelps ronfle.

août 13, 2008

Le Devoir a le sipeweb le plus plate, froid, insipide et beige de toute l’histoire de l’humanité.

Mais, il contient Jean Dion.  Jean Di, l’homme qui s’ennuie de l’époque où il n’y avait que 4 sortes de chips, est mon idole. Aujourd’hui, il signe un texte fabuleux. À se faire pipi dessus. À lire avec pas de casque.

http://www.ledevoir.com/2008/08/13/201346.html

Merci, Jean-Di. La prochaine fois que je te croise à la SAQ Mont-Royal, je te demande ton autographe.


Le hockey pour les filles est une chronique pour les Mimi. Mimi, tu liras ça entre 2 factures.

h1

Le hockey pour les filles: Biscuit chinois, mesure et démesure.

août 12, 2008

Pékin, jour 5 mais c’est la nuit, là-bas.
Par Miss Miller

J’ai acheté des biscuits chinois.

J’ouvre mon biscuit: Il fera beau demain.
(J’épargne la traduction, elle faisait blêmir d’envie un mode d’emploi IKEA.)
Et ben…

Il pleut depuis 270 jours consécutifs, si je peux me permettre.
L’humidité crasse, parasite, prend toute la place, transforme août en novembre, et donne à mon chat une odeur de poisson. J’ai l’humeur aqueuse: Les piscines ferment et on patauge. Temps parfait pour 28 jours d’Olympiques in a row.

Et pourtant.

Ces Jeux, ils me dérangent. Depuis le début, j’ai un sentiment incertain. Comme une roche dans le soulier, du sable dans l’engrenage.

Cérémonie d’ouverture. Beau. Very Beau. Okay.

Et puis, bon, tous ces blogues-chroniques-lignes ouvertes-discussions-pamphelets sur le Tibet avaient attiré mon attention dans un entonnoir. Ces jeux, made in China, were not about sport anymore…
En voyant le drapeau d’Israël, j’ai eu un malaise. Idem pour la Russie, la Géorgie… Et les USA, proprio de Guantanamo, le Canada, complice. Je n’ai pas brandit de drapeau, de toute façon, je n’ai pas le droit, I’m not one of them. Mais Sylvie Bernier m’a réconforté. Il parait que c’est la même chose pour les gens du BC, brimés dans leur identité. Oui, Sylvie, Les Pays Basques, la Saskatchewan, même affaire.

J’ai un doute, face aux Olympiques, qui freine mon enthousiasme.
Faire du sport ou faire l’autruche. Encourager l’EPO, se vauter dans le prosélytisme tout acabit, je ne sais pas. Et la petite mignonne, qui chante à la cérémonie d’ouverture, vous me dite qu’elle ne chante pas, que c’est une autre, pas belle, dents croches, cachée derrière.
Et ben…

Blasée. Mal. à. l’aise. Et ce malaise, crasse, prend toute la place, m’enlève tout plaisir, me fait regarder les Alouettes, oublier Michael Phelps.


Le hockey pour les filles est une chronique pour Mimi. Mimi, sérieux, toi, tu le sais ce qui donne un point, au football…ça me scie.