h1

Le hockey pour les filles: J’ai eu Price -1 ans….

mai 3, 2008

Playoffs – jour 24

J’ai fait mon bout.

À minuit, j’ai eu 30 ans. Indubitablement. Turns out, ça ne se soigne pas à coup de shooter, je vous assure, j’ai encore 30 ans. Mais donnez-moi 20 minutes de sieste, 2 tubes de cache-cernes, 2 oeufs bacon-soucisses et je vais être fraiche comme une fe-leur.

Alors souviens toi que toi et moi, on a un deal, mon Price. Je vieilli sans chialer, tu les lessives. Sans assouplisseur.

Au Québec, l’hiver, le hockey a remplacé le soleil, disait M’sieux Germain. Ab-so-fuckin’-lutely.

Alors fini le niaisage, day 24, pluie pas pluie, je sors babouches et lunettes soleil vintage et je profite de la ride. Je vais hockey complètement. 18h30, je m’assoie tellement proche de la tivi que je risquerai le coup de soleil. Debout en talon-hauts sur ma chaise de bois, armé du tout mon vocabulaire chrétien et scatologique, je vais go-habsée-go! Fuck le résultat. Faut savoir vivre avec pas-de-cass, m’a t-on dit, récemment. Je note, je note. J’ai le hockey dans le sang, j’en parlerai jusqu’à la Coupe, jusqu’au 1er juillet (j’t’attend, Gainey), déménagement ou pas, jusqu’au camp d’entraînement, même si je vais kayaquer en Croatie.

Je hockey .


____ Le hockey pour les filles est une chronique pour Mimi. Mimi, mon chaton, on s’la gagne tu, à soir?

Publicités

11 commentaires

  1. Bon, bien Miss Mille heures! Bonne fête quand même! C’est vraiment pas une journée comme une autre et il faut espérer toujours. On se croise les doigts, on sort les éléphants trompes en l’air, les trèfles à quatre feuilles, et tout le tra la la. Il faut que la fête soit éclatante!
    Bon matCH! Le soleil se lèvera quand même quoi qu’il arrive.


  2. Estie.. Très décevant de finir comme ça. Notre système était pas bon contre eux. On avait toujours un Flyer dans les pattes. Pas capables de se dégager. Carbo a pas pu trouver la façon de les contrer. C’est lui que je blâme en 1er.

    C’est ben plattttttte. Va falloir des changements pour s’améliorer l’an prochain. Peut-être une couple d’agents libres de haut niveau. On va avoir le temps d’y revenir.


  3. Je suis bien désolée Miss Miller. J’en profite tout de même pour vous souhaiter une belle trentième année et pour vous remercier de votre compagnie blogguée durant les séries. Au plaisir de vous retrouver l’année prochaine.


  4. Bon bin, meilleur chance pour tes 31 ans, miss Miller!

    Au moins, l’an prochain, ils sauront que les succès d’une saison ne font pas nécessairement les séries. L’expérience les rendront meilleurs.

    En attendant, je ne mangerai plus jamais de humberger!

    Et puis, il reste encore d’autres bonnes séries à venir.


  5. Oh boy… jusqu’en 2074 hein?

    Bonne chance 😀


  6. En passant, miss Miller, tu savais que le joueur au nom de junkfood est né un 3 mai?

    La vie est cruellement baveuse, parfois!


  7. Bonne fête!! Et longue vie!!


  8. Sentiments partagés en ce lundi matin. Déçu de l’élimination illogique du CH contre Richard Jr qui tout comme Paul Dipietro ira finir sa carrière en Europe parce que pas assez bon pour la ligue nationale et Biron qui a mal choisi son moment pour faire un petit feu de paille à la Théodore dans la cour de la sainte-flanelle. Par contre, un peu content en cachette parce les habs auraient bien mal choisi leur moment pour se rendre aussi loin qu’en final de conférence pour la première fois en 15 ans. Parce que après avoir supporté une équipe de misère pendant 15 ans depuis tous les coins du Québec, voila que je suis en exil en Australie et messieurs les habitants se tapent le premier rang de la conférence. Dommage parce que le décalage horaire ne me permet pas vraiment de fêter ces précieuses victoires. Par contre Saku et Kovy, je reviens l’an prochain, alors ne nous décevez pas s’il vous plait.

    La grande découverte des ces séries 2008 restera sans contredit votre plume chère Mimi. J’ai découvert ce blogue un peu tard dans la game comme on dit, mais quel bonheur de lire ces textes à la fois drôle et à la fois littérairement élitiste et surtout tellement québécois.


  9. Abso-fuckin’-lutely….reminds me of something, somewhere, somehow…

    Vive Mr. Big 😉


  10. GOTCHA!


  11. On a hocké à sept, quatre pour les Habs, trois contre. À la fin, on était quatre déçus… et trois peinés de nous voir la face si longue. Surtout celle des deux fistons.

    Le lendemain, j’ai eu 43. «Comme mon numéro», a rigolé le baveux à Biron.



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :