h1

Le hockey pour les filles : L’art de la date ou rendez-vous number two.

avril 25, 2008

Playoffs – jour 16
Après une genre de sorte de première victoire contre les Flyers.
Par Miss Miller

Je n’endosse pas l’étiquette femme/fan.

Outfit trop grand qui ne me conviendrait pas. Avec les vulgarités que j’émets, de toute façon, debout sur ma chaise de plastoche de taverne, je ne suis pas un parangon de féminité. Depuis quand quelqu’un aime les étiquettes, so far… Mais, à devoir choisir le moindre des maux, je choisirais l’épithète de fan post-lockout.

Je n’ai pas 12 ans.
J’ai connu le fluo, je me souviens du pas-de-bogue de l’an 2000.
J’étais majeure lors du Sommet des Amériques.
J’ai connu les Oillers avant les Nordiques. Je préfère rétrospectivement Fuhr à Roy.
J’ai le souvenir d’une équipe à Hartford, qu’elle ait été habillée en vert et que ce n’était pas tant une bonne idée, d’ailleurs. (Bon, après, ils ont habillé le Wild en sapin de Noël;  cela a relativisé le problème).

Ce n’est même pas un reste de frustration latente due à la sauvage expansion vers le sud des Nineties. Ce n’est ni même par résistance ou ignorance, donc, que j’aime ce nouveau souffle. 2004 nous avait fait des promesses de renouveau et de pureté. Paroles d’amoureux innocents à leurs balbutiements?

On nous avait promis mers et mondes, cette année-là.  Fin de l’accrochage, plus de vitesse, accent sur l’attaque, nouveaux sweatshirts.  Moins de goons, plus de patins. On fait tabula rasa, time to start fresh…

Belle illustration, ce soir, à l’écran. NY Rangers -Penguins, ça parle post-lockout very well. Jeu ouvert, ça va vite.

You blink, they score.
Je signale 33, c’est 3-0 NY
Je me mouche, c’est 3-2.
Aller-retour frigo, c’est 4-3 Pittsburg. Bah voyons. Je ne voulais même pas regarder le match et je suis scotchée.
Je me mouche, pas le temps de blâmer ma laryngite playoffienne et c’est 4-4.
You blink again, Sydney a gagné. Rien vu aller.

Mauvais exemple, hier soir. Philly’s Flyers-Canadiens, ça parlait ennuie pas si mal.
Mette bavait sur Mille qui bavait sur Mimi. Party de ZZZZZZZ dans mon salon.

You snore, they…sleep.
Ça a fini 4-3, on aurait dit 2-1.
J’ai dormi presque tout le match, surtout pendant que les Grands-Chefs, à Toronto, finissaient de se caller du poulet avant de rendre leur okay sur le but de Kovy.
Impressionnée par le seul fait qu’en jouant mal, on jouait mieux.
On dit que les équipes sont  équilibrées. Le CH a des bons trios, une défensive habile, Carey Price. Les Flyers ont une attaque intéressante, des arracheurs  de tête  et Martin Biron.

Depuis quelques jours, j’ai envie de comparer le style de jeu des Philadelphiens avec les habitants de la Ste-4 de lundi soir. On dirait qu’il y a des moments où ils n’ont pas tout à fait terminé de descendre du singe…

Lundi et mercredi ont laissé une mauvaise impression. En espérant qu’on endosse tous dès demain le bon uniforme. Montreal has nothing to do with the Streets-bullies.

____  Le hockey pour les filles est une chronique pour Mimi. Am I Crazy, où, malgré ses beaux yeux, Biron a l’air de refaire l’évolution Néanderthal-Homo Sapiens, en accéléré, mais à l‘envers?

Publicités

3 commentaires

  1. Je suis presentement en train de regarder le match no2 contre les Flyers.
    Effectivement, Biron a de beaux yeux. Mais malgre moi, son regard eclair, j’ai envie de le lui faire avaler et de le renvoyer droit a Philadelphie, et pour de bon…
    Passer son gant au visage du jeune Kostitsyn, venir provoquer les joueurs avant les mises en jeu alors que Richards est pointe du doigt par les arbitres, je trouve que mon cher « Marty » en fait un peu trop.
    Je lui concede son intensite et sa chance devant son filet, mais beaux yeux ou pas beaux yeux, il y a des choses que je ne pourrais tolerer a l’encontre de mes vrais idoles a moi, qui n’ont peut etre pas l’accent a la Biron, mais qui ont le baton a ras la glace, et le gant sur le baton au lieu du visage de son adversaire.

    Sur ce, bonne series


  2. La queue de baleine des Whalers et le sapin de Noël du Wild sont des oeuvres accomplies, mais le palmarès des jerseys-que-les-gars-devaient-avoir-honte-de-jouer-dedans passe nécessairement aussi par les logos des Barons de Cleveland (un C rouge qui semblait dessiné par un enfant de maternelle), les Golden Seals de la Californie (tellement laid que le phoque jaune et vert qui en faisait partie essayait de s’en sauver), les Scouts de Kansas City (un… une… chose à cheval qui fait le salut) et, summum toutes catégories, les Canucks de Vancouver, avec leur excellent bâton de hockey blanc dans un rectangle bleu bordé de vert. À admirer sur http://www.sportlogos.net...


  3. Euh, http://www.sportslogos.net



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :