h1

Le hockey pour les filles : post-coitum ou hangover: la ville est paumée.

avril 23, 2008

Playoffs – jour 14
Post-victoire Montréal-Bruins
Par Miss Miller

Le tact dans l’audace, c’est de savoir jusqu’où on peut aller trop loin.

C’est une phrase de Cocteau.
C’était l’alignement de Carbo.
Dans un jeu alphabétique, il a fait des changements de trios perspicaces.
Un plaisir visuel, de la vraie crème glacée.

Première ligne: Assistant-Cap’taine-Assistant
Deuxième: Kostitsyn-Plekanec-Kostitsyn

Il y avait de l’équilibre, dans ces trios symétriques.
Et de la beauté, dans la passe du patin de Koivu à Higgins. Les frères (K) enfin réunis sont devenus siamois. 3 buts, 2 passes, c’est pas du p’tit change. Les autres ont fait un bon échec-avant. Streit s’est pris pour Zetterberg et Komisarek, pour un Norris. Dans son bleu, Price s’en est payé un blanc.
La cravate Hermès a fait le reste.

Apothéose. Climax.

Me suis couchée avec en tête une image de chevaliers tricolors,heureux et suants, palette au ciel, remerciant la foule. Congé de moutons.
Puis Bang!
La Une de la Presse m’a ouvert les yeux mieux que mon allongé avec pas de lait.
J’ai pris 2-3 gorgées essayant en vain d’associer la voiture flambée avec le 5-0. Je n’ai pas trop compris le lien cause/consequence entre victoire et violence.

Que s’est-il passé Downtown Mourial?

On a gagné, donc je brûle un char?
Je suis fier de mon équipe, donc je casse une vitre?
Beau jeu blanc, mon Carey, alors foutons le feu?

On dit que ce ne sont pas des fans. Probablement. Mais ça s’est passé à côté du Centre Bell après le match. Grosse victoire. Alors ça prend des allures de Madame-White-avec-le-chandelier-dans-le-living-room quand même.
Pas moi qui va ouvrir l’enveloppe.

Mardi AM, la ville a l’air en hangover. On a ramassé les cendres mais il reste comme une couche de honte qui embue la victoire.
Je me sens floue. Je ne me sens pas le droit d’être contente.

Carbo, lundi soir, a commis un fashion faux-pas mais a coaché comme un roi.
Le septième joueur, lui, devra en donner plus que ça.

____ Le hockey pour les filles est une chronique pour mon amie Mimi. Mimi, oui c’est mieux Philadelphie. Ils ont un vintage jersey.

Publicités

8 commentaires

  1. À quand la publication chez Hamac-Carnets ?


  2. On ne peut excuser ce qui s’est passé, une foule en crise d’adolescence!
    Après la game on s’est dit avec quelques amis: on decent downtown ça va être malade! Déjà coin Berri-Villeray ça jouait du klaxon, les voisins sortaient sur les balcons, le gars du dépanneur sort une caisse de douze… tout le monde aimait le CH et tout le monde s’aimait, point. Donc les 4 comparses et moi-même embarquons dans le taxi-minivan direction centre-ville. Le trafic commençait à Rosemont sur St-Denis, on est pas les seuls à avoir eu l’idée je pense.
    Bref, arrivé Maisonneuve, la rue appartenais au peuple, aux fans… c’était beau à voir les gens chantaient(criaient)J’ai dû, personnellement, donner 1000 high 5 et accolades, il n’y avais aucune barrière: sexe, ethnie, religion. On était tous là pour nos glorieux. De l’euphorie pure et gratuite. Et là à travers les tam-tams et les péllerins de la sainte flanelle qui ne cessaient d’affluer coin Crescent, tels des musulmans vers la mecque, une escouade anti-émeute version réduite, tapant sur leur bouclier, fonce dans le tas en poussant la foules vers l’ouest. À ce moment, je dégustais une pizz 0.99$, et perdu un ami qui malheureusement fumais une clope à l’extérieur… Bref ça a un peu provoqué une étincelle. Tout ça pour dire que si la police s’était contenté de laisser les gens gens exprimer leur joie une heure ou deux plus en restant présent comme les cadets de la police sur le Mont-Royale, mon opinion est qu’il n’y aurait pas eu d’histoire, seulement une belle victoire contre les Bruns et la ville en feu pour son équipe, dans le bon sens du terme. Mais tout de même, pas forts! les caves qui balançait des bouteilles de bière pleines, d’un bord à l’autre de la rue sur les flics. Premièrement de la bière tu ne gaspille pas ça et deuxièmement il y avait du monde à côté de ces policiers-là, pas de casque et en gougoune… Je ne veux pas accuser personne, mais il y a un show de Wu-tang qui finissait pas mal en même temps que les chars pognaient en feu… Go! habs Go! Longue série et je ne crois pas que les amateurs du Canadien soientt des pauvres idiots. 99.9% des gens qui se sont rendu au centre-ville après la victoire, était là pour partager leur joie, pas pour tout casser.
    Ce qui est dommage , c’est qu’on ne retienne que les chars en feu et les vitrines pétées.


  3. L’histoire, les tournures de phrases, le vocabulaire recherché. Franchement délectable ! Vos « posts » sont tellement agréables à parcourir ;))


  4. Et le Hockey…biensûr !! 😛


  5. Ouin suite au show de Wu-Tang comme tu disles char brulait déja, et la seul chose c’est les chars qui ne pouvait pas passer sur Ste-Catherine en face du metropolis et les 2 seuls autos de police qui sont venu on aussitot rebrousser chemin sachant qu’a 3-4 policiers sa serais pas evident…la foule c’est dispersé par elle-meme 30 minute environ sans grabuge..


  6. Ton meilleur post jusqu’à maintenant ! J’adore !


  7. bonjour,

    tres bel article en passant.
    Pour souligner ma discrete indignation quant aux celebrations douteuses des soi-disant partisans du canadien, j’ai un autre evenement quelque peu douteux, voire mechant et honteux:
    lors du match 1 contre les Flyers, des partisans assis au dessus de la cage de penalite ont deverse de la bierre sur Mike Richards.
    Ce que je trouve regrettable, c’est la maniere dont on se comporte, faisant croire que tout ce qu’on fait c’est pour supporter notre equipe. La legendraire intensite des partisans du canadien laisse entrevoir plus un no-limit que de la passion, voire de l’exageration complete.
    PLus encore, j’appelerai ca « unsportsmanlike conduct » .


  8. @Miah-Elodie Drew: je suis d’accord avec toi, j’aimerais que les partisans fassent preuve de classe.

    Par contre, sur ce jeu, c’était passé très près d’une « inconduite majeure de partie pour tentative de blessure » sur Kovalev…

    Qu’est-ce qu’on ferait aujourd’hui sans Kovalev pour le restant des séries ?

    Je suis un fan qui a de la classe mais si ça peut les écoeurer au point d’y penser la prochaine fois…

    DON’T TOUCH OUR PLAYERS !



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :