h1

Le hockey pour les filles : À la manière d’un couple qui bat de l’aile. Just before the break up…

janvier 1, 2008

Canadiens-Rangers
Chronique du 30 décembre 2007
Par Miss Miller

Lorsque le Canadien a compté son troisième but, ce soir, une onde de joie a envahi mon être. Ce qui restait de mon jugement, de nature solitaire, voire sauvage, m’a quitté momentanément. Hystérique, je hurlais, mon Dieu qu’on joue bien!!!

Ma lucidité est revenue.
Je me suis tue, avant que mon voisin ne me tape sur la tête pour se plaindre.

Diagnostique de mon état, j’avais l’air d’une amoureuse. Et l’on est tous comme ça avec le hockey : comme une fille dans un couple qui bat de l’aile.

On cherche les failles, on a des attentes pièges, disséminées comme des mines.

J’illustre :

Je savais qu’il ne sortirait pas les poubelles (je savais que Ryder ne compterait pas);
Il a oublié notre anniversaire (ils ont encore perdu le 23 décembre);
Deux jours sans je t’aime (deux défaites de suite).

On se laisse déconcentrer par un plus jeune, plus cute (Price est plus jeune, plus cute…);

Paradoxalement, ces tares permettent souvent d’apprécier mieux les miettes de bonheurs éparses. On attend juste un geste, au fond…

Et ce soir, je ne me cherche pas d’excuse.
Je suis comme une amoureuse dans un couple qui bat de l’aile et qui vient de se faire faire à souper.

J’ai les larmes aux yeux et je suis conquise.
J’aime chaque seconde, chaque présence, chaque arrêt et chaque tir.
Je gobe les chances de marquer comme si c’était de la crème glacée.
Les statistiques débitées par les analystes forment un son duveteux dans lequel je m’enroule.
Le hockey devient un confort food a-calorifique.

Quand on en gagne trois de suite, quand on compte à cinq contre cinq, quand Buffalo fait les séries, quand Kostitsyn obtient un 2/3 de tour du chapeau, quand les Rangers se font refuser un but, on se souvient pourquoi, finalement, on était tombé amoureux.

****

J’ai appris l’assassinat de Benazir Bhutto par le biais de l’analyste de RDS, ajoutant que c’était un jour triste.
C’est drôle car une journaliste de Radio-Canada avait insinué récemment qu’elle avait pris du poids pendant son exil…
Ça oblige à revoir certains préjugés.

****

Résultat du match : 4-3 New York.
Je le savais qu’on allait perdre!

____ Le hockey pour les filles est une chronique pour mon amie Mimi qui est la seule à comprendre que je préfère les équipes dont les jersey matchent avec mes murs…

Publicités

2 commentaires

  1. qu’est-ce qui arrive lorsque les deux équipes qui jouent l’une contre l’autre ont les mêmes couleurs, est-ce que tu y vas avec le pourcentage le plus élevé de roux?


  2. Blogue intéressant! Une perspective féminine du monde du hockey professionnel est grandement appréciée.
    Au plaisir.



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :