Archive for novembre 2007

h1

Le hockey pour les filles : Comme une maladie honteuse…

novembre 26, 2007

The day before tomorrow.
Chronique du 26 novembre 2007
Par Mademoiselle Millère

Mon amie Mimi revient de voyage demain.
D’Espagne, de France; j’ai francisé mon nom afin de l’aider à revenir en Amérique du Nord doucement.
Elle m’a manqué, Mimi et j’ai hâte de voir ses yeux trop grands.
Je suis surtout contente car elle, elle ne sait pas que le Canadien s’est fait scalper deux parties de suite par Bu-ffa-lo.

Quand on a pas de facebook (shame on me), on a plein de temps pour faire des choses qu’on n’a pas besoin de faire. La beauté résidant parfois dans la gratuité de l’acte, je me suis développé un loisir d’une insipidité fabuleuse.

J’ai commencé en dilettante.
J’ai fait des débuts timides, des choix moraux.
Markov, Beauchemin, Leclaire.
Facile à justifier, statistiques éloquentes, favoriser toujours des Québécois.

C’est devenu un plaisir coupable.
Les poseurs de tablettes, de préférence.

J’ai pris de la confiance, probablement, avec le temps.
Je me suis lancé des défis. Que Buffalo, que Détroit.
Thank God, je suis la seule à oser ça.

Virtuosité ou compulsion?
J’ai trouvé 8 noms avec des Z, choisis 4 duos de frères.

Je suis devenue accro.
Vendredi, j’ai voté exclusivement pour des roux.

Voter pour les joueurs du Match des Étoiles est toxique.
J’arrête demain. Promis.
Cold turkey.
Et je me fais un facebook.

________ Le hockey pour les filles est une chronique pour Mimi. Mimi, ne demande pas comment le Canadien va. Si tu ne poses pas de questions, tu n’auras pas de menteries.

h1

À ploguer pendant une soirée de hockey.

novembre 17, 2007

C’est pratique et c’est gratuit.

Pour ceux qui se font inviter dans une soirée de hockey et qui sont plus à l’aise à discourir sur le sens du devoir selon Kant ou sur le retour des années 90 dans la collection automne 2007.

Pour bien des gens que je connais et même pas pour Mimi parce qu’elle assume totalement qu’elle n’aime le hockey que parce que ça provoque des partys le mercredi soir.

Phrases gratuites à ploguer dans une soirée de hockey. Question de se bâtir rapidement une crédibilité.

Ce week-end :

– Ils n’ont pas le choix de rebondir, après la défaite contre Buffalo.

-Il va falloir que le premier trio commence à produire.

– C’est Price, ce soir.
(votre ami va répondre : Il paraît que Carbo va faire une alternance entre les 2 gardiens.)
– Ouin, ça va être intéressant de voir ce que Price va faire contre Boston, il a eu l’habitude de jouer contre des équipes de premier plan.

– (jusqu’à Noel, vous pouvez dire…) Je me demande si Montréal va arrêter de bien jouer après les fêtes….

* En cas de problème, toujours répondre par un son entre le bruit et le mot OUAN, ça éteint généralement la conversation.

h1

Le hockey pour les filles : When do you cross the line?

novembre 17, 2007

Soir Montréal-Buffalo
Chronique du 16 novembre 2007
Par Miss Miller

C’est arrivé hier.

Pas la neige. Pas tombée en amour.
Pas de téléphone de ma proprio pour annoncer qu’elle envoie son gars installer le coupe-froid de ma porte.

I just crossed the line.

Sur MSN, Ja-Nathan demande si j’ai vu le but de Komisarek en prolongation. (Komisarek qui compte en supplémentaire, c’est comme Hélène de Rumeur qui fait de l’abstinence).
Je m’énerve : oui! Mon dieu! Wow! Je sais! En plus, c’est moooooooooon joueur!
Enter.
Ah oui? Je savais pas qu’il était cute?
Enter.
J’étais passé de l’autre côté.
J’avais un joueur, j’étais une fille.

Je peux expliquer le système de jeu d’au moins 40% des équipes de la LNH, démontrer que l’avantage-numérique du Canadiens se passe facilement de Souray, comparer les débuts de saison de Vancouver, Ottawa et Pittsburg, faire le parallèle avec celui de leur club-école. Mais nommer un joueur est suspicieux.

Une fille le fait, elle traverse la ligne.

Pourtant. Les femmes, on fait du multi-tasking.

Je peux imaginer Komisarek poser une tablette ET le voir anticiper une passe.
Je peux voir que Markov a une bouche fabuleuse ET savoir qu’il est celui qui relance l’attaque massive.
Luongo besoin de changer de coiffeuse ET sera un prochain Conn Smythe.

Même pas besoin d’écouter RDS.

Pendant l’émission d’avant-match, Jacques Demers a insinuer que Ryan Miller n’était peut-être pas le gardien de but de premier plan qu’on croyait.

Résultat : 4-1 Ryan.
Je suis la seule à être sortie heureuse de Chez Bruno Sports Bar.

Toujours insulter l’adversaire après le match.
Même les filles savent ça.

_____Le hockey pour les filles est une chronique pour mon amie Mimi, qui laisse parler les gars et écoute les filles.

h1

Le hockey pour les filles: Les K.O.(S)

novembre 9, 2007

Jour 14
Chronique du 6 novembre 2007
Par Missmiller

Avis à tous :
Que ce soit pour prendre un verre, aller voir un film, faire de la photo m’offrir un contrat, me raconter une peine d’amour, planifier Noel, me donner la date du prochain show de Sixtoo, ne communiquez pas avec moi les 5-16-23-24 novembre.
Matches Montréal-Bû-ffa-lo.

Le premier était hier. Victoire tricolorienne 2-0. Un K.O.

K.O.
Très populaire, cette année, pour le Céhache.
Koivu.
Kovalev.
Kostopoulos.
Kostitsyn, Andrei.
Kostitsyn, Sergei
Komisarek.

Je ne sais pas si vous aviez bu assez de Labatt 50, jeudi passé, pour vous rendre compte que les trois premiers buts marqués l’étaient par des K.O….Et bien nous, oui!

J’ai regardé tout le match, hier, du début à la fin, même les entractes et le choix des étoiles parce que bon, c’était Bû-ffa-lo, Afinogenov et Ryan Miller.

(Il y a eu ce geste quasi héroïque de Komisarek, qui s’est sacrifié l’arrête du nez pour intercepter un tir.)

J’étais K.O. Plate, là, plate…

————- Le hockey pour les filles est une chronique dédiée à mon amie Mimi. Quand tu dors pendant un match, tu es assez wise pour toujours choisir la deuxième

h1

Le hockey pour les filles: amateur de sport et fashion police.

novembre 9, 2007

Jour 13
Chronique du 5 novembre 2007
Par Missmiller

Jeudi dernier, 19h30, on était chez Bruno sports bar.
Pas question de se faire prendre notre table, on attendait ce match depuis 2 semaines.
En tant que fille-de-la-gang, j’avais flairé de loin l’aspect émotif de ce match Montréal-Daniel Brière.
Mon instinct ne m’a pas trompé; on ne parlait que de cela dans les médias, il y avait de l’ambiance au pouce carré.

Deux 50, un bucket de peanuts, on se délecte des commentaires d’avant-match comme des boulimiques.
Les analystes font de la pub, les pubs font la promotion du hockey et ce mouvement elliptique m’hypnotisait peu à peu lorsque Gabriel me tape l’épaule.
Je reporte mon attention sur la pub de je-ne-sais-pas-qui qui fait la promotion de tuques aux logos d’équipes de la LNH.
Le gars, assis dans un bar, porte la tuque des Bruins de Boston. Il regarde une fille qui lui fait un clin d’oeil.
Hébétés, on crie en même temps: impossible!
Erreur flagrante et magistrale, même pas besoin de télépathie: un Québécois ne porterait jamais une tuque de Boston.
Ottawa, bon, on les déteste, surtout quand Emery est dans les buts, mais ils sont bons.
Toronto… provocateur, limite dangereux mais c’est plausible.
Boston, c’est pire que l’ennemi! C’est au-delà de la rivalité, c’est…un tabou.
Tout le monde sait ça!
Un Québécois dans un bar, avec une tuque de Boston n’a droit ni à l’indulgence, ni au clin d’oeil.
Fashion police, you’re under arrest!

————- Le hockey pour les filles est une chronique dédiée à mon amie Mimi. Pas toujours capable de dire c’est qui les Blancs, elle a quand même déjà identifié une pénalité pour avoir accroché.

h1

Le hockey pour les filles: le bilan (première partie)

novembre 9, 2007

Jour 7
Chronique du 29 octobre 2007
Par Missmiller

Si tu étais à Mourial (je n’ai rien contre les régions) et que tu t’amusais à faire de la zappette avec ton remote, sais-tu de quoi ton paysage télévisuel serait truffé? Le gala de l’ADISQ, la rentrée du TNM, la chute des feuilles et son corollaire, le frrrrrrrrrrrrrrret, les accommodements raisonnables? Nah!

Le gros hit, cette semaine, c’est… Le-bilan-des-10-premiers-matchs-de-la-saison-du-Canadien-de-Mourial! Yes Ma’am! (Ben non, ils ne parlent pas des Foreurs de Val d’or…)

Toi, en voyage, tu m’as demandé comment allait le Canadien. Comme un vieil ami dont on s’ennuie…. 

Alors ta question légitime et pertinente témoigne de la présence de ton gène montréalo-céhachien sous-révélée jusqu’ici. T’as ça dans l’ADN, finalement. 
Je pourrais te rendre un prédigéré des analyses statistiques qui pullulent lors des émissions de fin de soirées où-tout-le-monde-parle-en-même-temps ou te faire un aperçu des commentaires de GOHABSGO4EVER sur le blogue de François Gagnon (c’est pas la faute de François Gagnon).

Voici plutôt ma vision biaisée de fille sur Notre Équipe (le Nous est très tendance ces jours-ci), ma première chronique du Hockey pour les filles:

Le Canadien va bien, il vient de gagner 4 matchs de suite, ce qui est bon pour la confiance (des partisans surtout).
Le Canadien s’est mis à produire; quand Kovalev va tout va. (Kovy, c’est la grande gueule quand même assez cute. On aime le combo grand-baveux-mystérieux)

Le Canadien ne s’ennuie pas trop de Souray, l’ensemble de l’équipe se partage le travail lors des avantages-numériques et Markov prend plus de place. Les filles, elles, s’ennuient de Souray, le CH a perdu son poster boy et les filles ne savent pas ce qu’est, vraiment, un avantage-numérique.

Le Québec en entier attend une blessure afin que soit rappelé Maxim Lapierre de Hamilton: les journalistes n’interview que les québécois et les gardiens (Mathieu Dandenault, que penses-tu des 2 buts et une passe de Christopher Higgins ce soir?…)

Quand à moi, avant de ne pouvoir me vautrer dans une série de 4 matchs Montréal-Bù-ffa-lo en un mois, je me console à chaque présence de Mike Komisarek.
On soupçonne qu’il ne performe pas qu’en sortie de zone…
Il doit est merveilleux pour poser des tablettes.

————- Le hockey pour les filles est une chronique crée pour mon amie Mimi, à sa demande. Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas